Eugène Jamot

 avec la participation du docteur Georges LAROCHE 

Eugène Jamot naquit le 14 novembre 1879 à Saint Sulpice les Champs.
Il fit des études de médecine à Montpellier. En 1908 il s'installa à Sardent pour exercer en tant que médecin pendant 2 ans. Il
passa alors le concours d'entrée à l'École d’application du service de santé des troupes coloniales à Marseille, dite "École du Pharo", un haut-lieu de formation en médecine tropicale. Il partit ensuite au Tchad où il devint médecin militaire. De retour en France, il étudie à l'Institut Pasteur à Paris jusqu'en 1914. En 1917, le gouverneur de l'Afrique Équatoriale Française (AEF) le chargea de lutter contre la maladie du sommeil. De 1917 à 1919, il lança une campagne de dépistage de la maladie, 30% de la population étant touchée. Il était urgent de trouver une solution à ce fléau. Le docteur Jamot et son équipe lutta efficacement contre la maladie au Burkina-Faso et au Cameroun, ce qui valut au Creusois une gloire immense. Malheureusement, en novembre 1931 il fut tenu responsable de la cécité de 700 personnes à la suite d'un traitement administré par un membre de son équipe. L'erreur médicale de son collaborateur mit fin à sa réputation, bien qu'innocent dans cette affaire il était devenu "celui qui a rendu aveugles des milliers d'Africains".
Brisé par cette accusation il rentra à Sardent au début de l'année 1936, où il redevint médecin de campagne.
Il y est décédé un an plus tard, le 24 avril 1937 à l'âge de 58 ans.

 La maladie du sommeil 

La maladie du sommeil est provoquée par un parasite sanguin abrité par le bétail. Les deux formes de la maladie existent en Afrique centrale et en Afrique de l'Ouest, toutes deux transmises par l'intermédiaire des glandes salivaires de mouches tsé-tsé infectées. La maladie débute par une plaie au point de piqûre de l'insecte, un rythme cardiaque accéléré, un gonflement de la rate, une éruption et de la fièvre. Au cours des quelques mois suivants, le système nerveux est altéré : modifications de l'humeur, somnolence, perte d'appétit, éventuellement coma. Pris au début, le mal peut être traité par l'administration de divers médicaments antiparasitaires; le traitement à un stade plus avancé avec de l'arsenic a moins de chances d'être efficace.