Georges Nigremont
(Léa Védrine Pelletier)


Léa Védrine est née le 16 février 1885 à La Villeneuve d'un père instituteur public natif de Saint Georges Nigremont.
Suivant ses traces, elle va à l'école normale de Guéret de 1900 à 1903 où elle obtient son brevet élémentaire, et devient alors institutrice. Elle enseigne à Saint Quentin la Chabanne où elle se marie à l'âge de 25 ans avec Fernand Pelletier, puis à Châtelus-Malvaleix et à Chartres (Eure et Loir) en 1920. Elle devient ensuite inspectrice des écoles maternelles à Nancy (1926-1935) puis à Paris (1935-1945).
Cependant, elle revient passer ses vacances en Creuse, au village de La Cour, commune de Saint Georges Nigremont, en bordure de la Rozeille.
Elle consacre son temps libre à l'écriture qu'elle signe du nom de plume de Georges Nigremont en mémoire à
son grand-père, maçon de la Creuse, qui avait construit une maison à Saint Georges Nigremont.

Georges Nigremont est décédée à La Villeneuve en 1971, à l'âge de 86 ans.

Des rues portent son nom à Aubusson, à Guéret, à Felletin, et un collège à Crocq.

 Ses livres

Jeantou, le maçon creusois (1937) (Prix Jeunesse)Son roman le plus connu, qu'elle a écrit d'après ses souvenirs des récits de son grand-père
Contes et légendes de l'Auvergne, de la Marche et du Limousin (1940)
Les étranges voyageurs (1949) (l'action débute au bord de l'Ardour
petite rivière creusoise, dans l'ouest du département)
La bru (1951) (action située dans le sud de la Creuse)
Le prisonnier des Brages (1954) (action située aux environs de Boussac)
Zizim, le prisonnier de la tour
Jean Parizet, tapissier d'Aubusson (1962) (action située dans la région de Crocq)
Le Souterrain abandonné (1966)
Les Baladins du roi (1968) (action située aux alentours de Sermur)